5 gestes ultra-simples pour survivre au stress de la rentrée scolaire

5 gestes ultra-simples pour survivre au stress de la rentrée scolaire 

            Au moins d’août, le temps est inconstant. D’abord, il se dilate durant les deux premières semaines, où la proportion de vacanciers est la plus haute. Les entreprises et services fonctionnent au ralenti, permettant aux courageux qui travaillent, d’apprécier le calme des transports. Dans l’espace soudainement agrandi des villes, un calme inhabituel mais bienvenu s’installe. Pour les vacanciers, qu’ils soient à la plage, au vert ou parti gravir des sommets, les journées sont rythmées par l’ordre biologique: la faim, la fatigue, l’envie – de rire, de fraîcheur, de sensualité.

            Mais ensuite, dès le quinze août, le temps s’accélère. C’est le reflux de la rentrée et avec elle, le stress, la panique. Surtout, reviennent les multiples instruments -agenda, carnets, calendrier- qui serviront à découper le temps en semaine A et B, en rendez-vous, en to-do list. Même la version prisée du calendrier perpétuel, que l’on cesse souvent de remplir dès la fin de l’automne, n’en est pas moins rigoriste.

            Alors, comment conserver un peu de temps en propre? Comment ne pas s’engouffrer dans une lutte vaine contre le manque/la perte de temps, bref, la lutte obsessionnelle contre le temps ?

Conseil n° 1 : DELEGUEZ la quête des fournitures scolaires (pour ceux qui n’ont pas d’enfants, passer directement au n°2)

            Pour ceux qui ont des enfants, la pire épreuve du mois fin août et la plus susceptibles de vous mettre les nerfs en pelote, l’épreuve des fournitures scolaires. Se retrouver le 29 août, hagard, dans le supermarché du coin, poussant un chariot entre des rayons dévalisés, à la recherche du cahier à spirale petit carreau et du papier millimétré peut provoquer des cris d’angoisse. Pour ne pas renoncer en quelques minutes à la sérénité des mois d’été,  déléguez !

Appuyez-vous sur des compagnons et des compagnes. Responsabilisez vos enfants (ils sauront repérer les cahiers gros et petit carreaux dans un supermarché ou sur un site internet quelconque les articles nécessaires). Faites de l’achat des fournitures scolaires une responsabilité collective. Une fois les listes scolaires parues, demandez à vos enfants de faire l’inventaire des sur-stocks de l’année précédente : une moitié de gomme, une règle désormais colorée au blanc, le fameux quatre couleurs dont il reste toute l’encre noire, et autres fonds de trousse et cartables.

Ensuite, une fois cet inventaire réalisé, et votre liste réduite d’autant, fixez et annoncez les critères de choix des fournitures (petit prix, papier recyclé, disponibilité immédiate en ligne ou dans un même magasin).

Alors, faites-vous chef d’orchestre! Distribuez les tâches : à l’aîné de repérer les articles, au plus jeune de fournir les encouragements, sous le regard attentif de votre compagnon (compagne plus rarement), qui trouvera dans cette activité nouvelle pour lui (pour elle plus rarement), un goût d’aventure et de temps partagé avec ses enfants adorés. 

Conseil 2 : Transitionnez progressivement hors du rythme des vacances

            Inutile de se mettre au lit à 22h la veille de la rentrée si vous vous êtes couchés aux aurores tout le mois d’août. Prévoyez des sas de décompression hors du rythme des vacances, par petite touche. D’abord, on limitera les barbecues au week-end. Ensuite, on couchera progressivement la maisonnée plus tôt au fil de la dernière semaine du mois d’août. Bref, de quoi s’acclimater sereinement à un rythme de vie plus régulier.

Conseil 3 : Importez des gestes et des moments appréciés des vacances dans votre quotidien.

            N’abandonnez pas tout de vos vacances. Vous vous étiez remis.e à lire ? Continuez! Même à raison de cinq minutes avant de vous coucher, avant le café du matin ou lors de la pause méridionale.

            Vous dansiez à l’heure de l’apéro sur une chant brésilien époque … ? Et bien continuez! Même si vous êtes désormais dans le métro à 18h. Vous pourrez tapez du pied, des doigts. Imaginez des chorés sur un vélo, dans les embouteillages franciliens. L’essentiel est d‘activer des souvenirs et sensations corporelles agréables!

En somme, conservez un geste, un temps pour vous.

Conseil n°4 : Foutez-vous la paix avec les peccadilles.

            Inutile de se mettre une pression monstre fin août. Avant la rentrée, relativisez plutôt et donnez-vous des buts atteignables. Pour peu que vous teniez absolument aux listes et objectifs de vie, mais ce n’est pas obligatoire, ni même recommandé ici.

Vous n’avez pas briqué votre maison de fond en comble? Elle survivra et vous n’aurez ainsi pas délogé les fantastiques araignées qui régulent la présence d’insectes invasifs (nous pensons tous aux moustiques).

Vous n’avez pas testé le nouveau sport? Le nouvel aliment? Ecoutez le nouveau tube? Essayez la nouvelle crème ? Foutez-vous la paix avec les injonctions de magasines! Soyez fière de vos basiques, de votre fidélité à vos choix passés. Soyez fière de n‘être pas contaminée par la fièvre du FOMO –fear of missing out, ou peur de louper quelque chose de cool-. Fièvre qui, au demeurant, n’est qu’une version chic de l’insatisfaction permanente, de la versatilité. A la fuite en avant vers le mieux, essayez d’apprécier qui vous êtes, ce que vous faîtes déjà.

Conseil n°5 : Prenez du temps pour vous ressentir le calme et prévenir les futurs pics de stress et autres raideurs

Enfin, tout magazine vous dirait de faire du sport. En général, du yoga, Pilate ou de la gym tonique si vous êtes une femme. A contrario de la boxe, du footing ou du cross-fit si vous êtes un homme -. Mais, convenez que ces injonctions, en plus de vous faire culpabiliser, requièrent un travail à mi-temps. Ou encore, d’être accompagné.e par une ribambelle de coach, assistants. Or, qui a ce temps, cet argent, cette vie ? Pas nous, et pas vous si vous avez lu jusqu’ici.

Voici donc un conseil pour les autres. A ceux qui pensent sieste plutôt que sport lorsqu’on leur parle détente. Aussi à ceux qui n’ont pas l’envie de courir un semi-marathon par jour. Enfin, et surtout, à ceux qui ont la flemme. 

Utilisez le tapis d’acupression Igla! Il suffit de s’allonger, zéro effort, que de la détente. Pendant vingt minutes, restez allongez sur la tapis, respirez. Vous soulagerez votre corps des tensions accumulées et des raideurs à venir. C’est simple, c’est efficace, c’est à domicile, et finalement, c’est quand vous voulez, sans effort. Effortless, stressless diraient certains.

Pour en savoir davantage sur l’utilisation du tapis, une vidéo super utile ici; et une autre encore plus courte et aussi informative sur Instagram .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.